This is our Territory
We are FREEPirate

2 ravers On | S'inscrire | Se connecter | Stats | Toussujet | PlayListes | Player | Tchat | Copinage | Mots-Clés | AXE |

Accueil > Maker’s > Loges > Vie Nomade - part2 : Une vie sur la route

Vie Nomade - part2 : Une vie sur la route


samedi 29 août 2015, par TF23

« Si tout plaquer pour vivre sur la route n’était plus un rêve »

Choisir une vie nomade et quitter sa vie sédentaire n’est pas chose facile pour ceux qui se posent des questions ; comment faire pour vivre autrement !

Sur ce site, tu trouveras les réponses à toutes questions et notamment comment gagner ce peu d’argent nécessaire à cette réalisation.

A voir avec attention : TOUS LES MÉTIERS POUR NOMADES

Nombre de petits boulots peut être un bon moyen de gagner un peu tout au long des trajets : il suffit de se préparer la liste des travaux saisonniers, ne serait-ce qu’en agriculture qui entourent notre bassin méditerranéen, pour s’assurer un voyage annuel tout autour de cette mer bleu !
Bien sur, avoir des engagements est le meilleur en partance, d’où utiliser tout moyen de communication afin d’être sur d’avoir un emploi saisonnier lors de notre arrivée dans le pays suivant ou la région suivante !

Loin d’être impossible, c’est ainsi que voyageaient les hippies dans leurs camions, bus aménagés, dans les ans 1970 et que voyagent ceux que l’on nomme « travelers » de nos jours.
La santé est donc indispensable pour effectuer ces boulots saisonniers ; ils sont reconnus pour être dur et « gringalets » ou « poil en main » s’abstenir lol !
Mais même s’ils sont ardus et que la paye n’est pas vraiment à la hauteur de l’effort fourni, ils offrent un minimum financier qui permet d’être indépendant tant sur la route que vis à vis des « systèmes sociaux » tel que Pôle Emploi et en cela, un vrai pouvoir en main !

Il ne faut donc pas hésiter à contacter les mairies, les offices de tourisme, pour connaitre les emplois saisonniers, d’une région, d’une commune ou pareillement dans un autre pays, et d’obtenir même les principaux noms d’entreprises et ou de particuliers.
Dans ce même soucis, ne pas attendre le moment de la récolte pour chercher/trouver un emploi ; cela se fait souvent bien en amont et seul les contacts antécédents feront la différences.
Toujours garder le contact pour les saisons suivantes, même si sur la première année ce n’est pas positif... Il faut que se créait une chaîne -humains-boulots- car les dirigeants de petites entreprises sont plus aptes à embaucher par connaissance que par profil d’anpe (sic) !
Ne pas hésiter non plus à se servir d’un emploi dans une autre propriété pour rebondir ; à condition que le travail effectué fut dans les conditions mêmes auxquelles on s’attend : ex - si tu n’est pas capable de suivre une colle, lors des vendanges chez l’un, c’est pas la peine de se servir de cet argument pour ta prochaine embauche lol voire s’éloigner du secteur pour se faire, car tout le monde est en contact au « bled » et au courant de qui est ou n’est pas, vis à vis des saisonniers.
On ne perd rien en s’appliquant et s’impliquant dans le labeur : les portes s’ouvrent avec plus de facilité !

Peut-être n’est-il pas possible de vivre d’amour et d’eau fraîche mais l’on peut toujours s’en rapprocher !

Part1



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laisses simplement des lignes vides.

Ajouter un document


Note de 1 à 7
0 vote