This is our Territory
We are FREEPirate

1 ravers On | S'inscrire | Se connecter | Stats | Toussujet | PlayListes | Player | Tchat | Copinage | Mots-Clés | AXE |

Accueil > Maker’s > Alternatif > Histoire de la France

Histoire de la France


jeudi 11 août 2016, par TF23

Parce qu’il est bon de savoir d’où l’on vient pour comprendre où on est et appréhender où l’on va !

En ces temps où les grandes sociétés et les divers partis politiques de ce monde utilisent le passé à leur fin, mentant et ou détournant les faits historiques, il est bon de se sourcer ou ressourcer afin d’avoir une vue claire et objective sur cette géopolitique globale et en particulier sur celle de notre nation, la France.
Alors même que nous votions NON au traité de Lisbonne, en 2005, notre gouvernement avait déjà pris les mesures constitutionnelles afin de ce prémunir contre ce cas : adoption de nouvelles mesures dans notre constitution qui permet l’option de faire passer/voter des lois sans l’aval des français, sans même qu’ils en soient informé !
Ainsi, en 2007, a-t-on vu le jour de :

Titre XV DE L’UNION EUROPÉENNE
ARTICLE 88-1
. La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007.
ARTICLE 88-2
. La loi fixe les règles relatives au mandat d’arrêt européen en application des actes pris par les institutions de l’Union européenne.
ARTICLE 88-3
. Sous réserve de réciprocité et selon les modalités prévues par le Traité sur l’Union européenne signé le 7 février 1992, le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales peut être accordé aux seuls citoyens de l’Union résidant en France. Ces citoyens ne peuvent exercer les fonctions de maire ou d’adjoint ni participe à la désignation des électeurs sénatoriaux et à l’élection des sénateurs. Une loi organique votée dans les mêmes termes par les deux assemblées détermine les conditions d’application du présent article.
ARTICLE 88-4
. Le Gouvernement soumet à l’Assemblée nationale et au Sénat, dès leur transmission au Conseil de l’Union européenne, les projets d’actes législatifs européens et les autres projets ou propositions d’actes de l’Union européenne
. Selon des modalités fixées par le règlement de chaque assemblée, des résolutions européennes peuvent être adoptées, le cas échéant en dehors des sessions, sur les 31 projets ou propositions mentionnés au premier alinéa, ainsi que sur tout document émanant d’une institution de l’Union européenne.
Au sein de chaque assemblée parlementaire est instituée une commission chargée des affaires européennes.
ARTICLE 88-5
. Tout projet de loi autorisant la ratification d’un traité relatif à l’adhésion d’un État à l’Union européenne est soumis au référendum par le Président de la République.
Toutefois, par le vote d’une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l’adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l’article 89.
[cet article n’est pas applicable aux adhésions faisant suite à une conférence intergouvernementale dont la convocation a été décidée par le Conseil européen avant le 1er juillet 2004]
ARTICLE 88-6
. L’Assemblée nationale ou le Sénat peuvent émettre un avis motivé sur la conformité d’un projet d’acte législatif européen au principe de subsidiarité.
L’avis est adressé par le président de l’assemblée concernée aux présidents du Parlement européen, du Conseil et de la Commission européenne. Le Gouvernement
en est informé.
Chaque assemblée peut former un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne contre un acte législatif européen pour violation du principe de subsidiarité. Ce recours est transmis à la Cour de justice de l’Union européenne par le Gouvernement.
À cette fin, des résolutions peuvent être adoptées, le cas échéant en dehors des sessions, selon des modalités d’initiative et de discussion fixées par le règlement de chaque assemblée. À la demande de soixante députés ou de soixante sénateurs, le recours est de droit.
ARTICLE 88-7.
Par le vote d’une motion adoptée en termes identiques par l’Assemblée nationale et le Sénat, le Parlement peut s’opposer à une modification des règles d’adoption d’actes de l’Union européenne dans les cas prévus, au titre de la révision simplifiée des traités ou de la coopération judiciaire civile, par le traité sur l’Union européenne et le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007.

Dire que nous ne sommes plus maitre à bord, que l’UE est de droit avant les nôtres, n’est pas du conspirationnisme !
Ainsi malgré nos positions fermes sur les OGM, 15 de plus sont admis en France en 2016, exemple parmi bien d’autres.
D’autant que ces articles précédent entrent, pour ma part et bien que n’ayant aucun notion juridique ou autre, en totale contradiction avec l’article 5 (- Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.
Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités.) et aussi sans moindre mesure avec l’avant dernière phrase de l’article 89 (ci-dessous).
Non ?

Titre XVI DE LA RÉVISION
ARTICLE89
. L’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République sur proposition du Premier ministre et aux membres du Parlement.
Le projet ou la proposition de révision doit être examiné dans les conditions de délai fixées au troisième alinéa de l’article 42 et voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum.
Toutefois, le projet de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n’est approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l’Assemblée nationale.
Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire.
La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision.

Là encore, l’on voit bien comment notre gouvernement se moque de ses citoyens, allant jusqu’à aller contre eux !
Serions-nous en dictature ?
Il n’y a qu’1 pas...

Etiez-vous au courant de ces nouveaux articles dans NOTRE constitution ?

Téléchargez-là , et découvrez encore ce que notre gouvernement cache à son peuple, croyez-vous vraiment qu’il se comporte encore tel un père envers ses enfants ?
Croyez-vous encore à leur boniments, aux mensonges dont tous sans exception, de l’extrême gauche à l’extrême droite, font actes alors même qu’ils se font payer grassement pour nous asservir, eux-même n’étant plus que de bons petits soldats à la solde Transatlantique ?

Pour sur, lorsque l’on voit la forme « impériale » que prend l’Europe, sous l’égide de l’Impérialisme américain des financiers et lobbyistes, lorsque l’on voit le démantèlement de notre territoire national au profit de régions indépendantes, lorsque l’on voit nos usines fermer et nos emplois perdus, lorsque l’on voit nos propriétés nationales (domaines, châteaux, etc) vendues, dilapidées, lorsque l’on voit et lorsque l’on voit car il y a tant, et lorsque l’on sait que tout cela est à nos frais (oui nous payons l’indépendance des régions, oui nous payons les aides aux agriculteurs, en exemple, car nous réglons environ 30 millions d’euros par an dont seulement 20 nous est restitués sous forme d’aides provenant de l’UE où notre nation, la France n’est même plus mentionnée !), nous sommes en droit et en devoir de défendre notre patrie, notre nation, notre France !
Pour nos aïeux qui se sont battus pour que nous soyons un pays reconnu dans la monde et pour une langue partagée dans nombres de pays sur tous les continents, pour nous ici et maintenant, pour nos enfants demain :

Il est temps de changer cela, 1 seul mot : FREXIT !



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laisses simplement des lignes vides.

Ajouter un document


Totaux DL

Constitution Française > Nb DL : 55
Note de 1 à 7
0 vote